Contact Webmestre krusti.net@krusti.net et Twitter pour suivre sur FB... FaceBoucs
Accueil > > 124e OPEN FIDE à Glacière.

124e OPEN FIDE à Glacière.

mercredi 11 août 2010, par Krusti

Les échecs à Paris en été c’est pas un problème. Enfin si quand même...

Tout d’abord je devrais dire ici tout le mal possible de la pratique du blitz (sur le web principalement ) ou de celle des parties relativement rapides (au bar quasi-exclusivement).

Mais en fait ces 2 activités sont bien trop amusantes (et par là même fort addictives ...) pour que je reste crédible durant cet exercice.
Je suis cependant persuadé que ça donne de mauvaises habitudes à trop en faire.

Maintenant, comme l’évoquait Philippe M. c’est pas le même monde.

Purée c’est sur et J’ai morflé.

Le format choisi est pourtant long sans être le + long. 1H00 + 30’’ par coup. Mais quand je constate mon incapacité à prendre mon temps c’est raide.
Hors la 3° ronde (Une nulle en 50 coups qui a dû durer 1h30) les 4 autres ont été bouclé souvent dans l’heure parfois dans la demi-heure.
Résultat +1 -3 =1 au final, c’est donc bien moi la bille en gestion du chrono. Premier apprentissage.

Un tournoi bien marrant malgré ça.
Idéalement positionné dans le calendrier, bien placé géographiquement c’est un tournoi à faire et à refaire.
Direct en métro, direct en vélib.
J’y retrouve avec grand plaisir Super-Mario et Battle-Philippe (qui vient de réaliser un parcours de rêve dans le tournoi long précédent, le 119° FIDE). Il y termine 5° avec 5,5 sur 9 et une belle performance elo (2079) à la clef.
Car je parle d’un tournoi mais en fait durant l’été, c’est plein de tournois qui s’enchainent...
Le mien est le 124°, sur 2 jours pour 5 rondes donc 3 le samedi 2 le Dimanche.

Première ronde (noirs) Défense Française (mais avec risque sérieux de déchéance).

Au top départ j’appuie sur la pendule, sans pour autant disposer d’adversaire. Il arrivera à la bourre. J’ai a peine eut le temps d’imaginer ce qu’aurait été mon analyse symbolique d’une victoire sur le tapis vert.
Défense Française donc, variante d’avance, celle la plus jouée pour ce qui me concerne.

Le problème c’est qu’au fond je m’aperçois que je réfléchis comme en Blitz. Je sélectionne rapidement un coup, je le baptise coup candidat, je fais vaguement le tour des conséquences possibles, je me réjoui des conséquences funestes pour mon adversaire s’il joue comme j’ai envie qu’il joue, et roule ma poule.

Bien sur, ça se passe tout à fait différemment. Je n’ai jamais imaginé gagner cette partie. Je ne pensais pas la perdre aussi rapidement pour autant. A l’analyse, le vide de mes pensées échiquèennes me parait abyssal. Bon, dans le même temps, je m’aperçois que je suis venu ici pour m’initier non pour prouver.

L’initiation (Initium / Initiare commencement) implique une mort pour une renaissance. Sa propre mort symbolique s’entend. C’est vrai le métro Glacière (réouvert depuis peu) c’est pas Eleusis non plus. Mais quand même.

Mode Aspect de la pensée contemporaine ON

« Les échecs » c’est sacré. Et comme le disait Roger CAILLOIS (in « L’homme et le sacré ») le sacré c’est ce dont on approche pas sans mourir.

Mode Aspect de la pensée contemporaine OFF

Résultat, au 18° coup, « Dead le Krusti ». Ci-dessous la terrible photo finish.

Deuxième ronde (Blancs) Gambit Blackmar Diemer.

Par une promesse aussi imbécile que la décision de ne plus jouer e4, j’avais décidé, sur mon coup 1. d4 ce qui suit.

Si les noirs répondent d5 j’embraye sur les prémices du GBR via 2.e4 et pour tout autre réponse je lance mon fameux e3, épine dorsale de la célèbre colle. Le tout en ayant une pensée émue pour the famous video présentant le système. Video de Stéphane. L (qu’on appelle Stef l’acquitain en ville) et Jean-Baptiste M...(je conseille sérieusement et expressément l’acquisition de cette vidéo).

Mon jeune adversaire (car jouer aux échecs c’est s’assurer, passé un temps, une bonne claque concernant sa propre position dans la pyramide des ages) choisi d5. Mieux même, il réagit sur une variante du Gambit Blackmar-Diemer que l’on nomme... Hélas je vais jouer comme un bleu ce scénario. Voir billet... (2° mort symbolique faudrait pas en abuser tout de même)/

Troisième ronde (Noire) Défense Indo-Apnée.

Adversaire bien sympathique début 18h30. Je me force à réfléchir un peu. Enfin. Je m’efforce. Une partie étrange durant laquelle j’ai l’impression de m’étouffer. En même temps je me décide à tenir (j’aimerais bien mériter une réputation de joueur qui ne lâche jamais l’affaire mais c’est pas facile, faire durer sa propre mise à mort c’est pas forcément très esthétique, ni très bien vu, ni ceci, ni cela). Mais ça ne se pose pas. Je résiste et petit à petit je refais surface. Je pense même être dans une position un chouillat gagnante quand je propose la nulle.

Mon premier demi-point je savoure en pédalant sur mon vélib.

Ci-dessous le moment où je pense que ça pourrait basculer coté noir (avec le trait). Mon adversaire viendra me dire spontanément l’inverse le lendemain. Mais ... Qui sait ?:-)

Quatrième ronde (Blancs) Colle mon ami.

Mon adversaire se désuni et en 2 coups commet l’irréparable.
Tiens un point entier, qu’est-ce qu’il fout là ?

Cinquième ronde (Défense Estrosi)

Samuel porte un nom qui ne m’est pas inconnu. Son homonyme avait stoppé mon ascension lors d’un tournoi semi-rapide du canal récemment. A l’époque j’étais jeune et beau et il m’arrivait de faire du 2/2 en début de soirée. Ô temps que n’as tu pas suspendu ton vol ?
Sympa en tous cas. Les 2 gars pour le coup. Bon, d3 derrière mon e6 et j’en oublie ensuiteà quoi sert le pion d5 de la Française. Résultat, patiemment et sans faux-pas, mon adversaire construit son arsenal direction la zone qui tue. Avec mon petit roque je lui offre mon roi sur un plateau.

J’ai vraiment pas bien joué à ce tournoi. Et c’est vraiment pas bien grave. Quand je vais retrouver mes esprits ça va donner, planquez vos points élo !

Ci-dessous 3 photos de l’épreuve ainsi que la Grille Américaine au format PDF...

info portfolio

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
76