Contact Webmestre krusti.net@krusti.net et Twitter pour suivre sur FB... FaceBoucs
Accueil > La course à pied du Buns > Bref. J’ai couru un 10.

Bref. J’ai couru un 10.

dimanche 16 octobre 2011, par Buns

Bref. J’ai couru un 10.

Courir un 10km un dimanche d’octobre, c’est :

- se lever plus tôt que pour aller bosser.

– se retrouver à poireauter dans un air frisquet pour récupérer son dossard.

– faire le pied de grue pour déposer son sac à la consigne

– soupirer à la vue de la queue de bâtard devant le seul gogue à disposition

– baliser comme le matin du bac dans le sas de départ entre les odeurs de camphre, de d’arnica et de douches zappées.

Alors pour mon retour en compet’, j’ai choisi un 10 bornes

  • qui commence à 15h un dimanche d’été indien (comme ça j’ai eu bien bien chaud ),
  • sans consigne (j’en avais de tout façon pas besoin),
  • en arrivant un peu à la bourre ( comme ça tout le monde avait déjà récupéré son dossard)
  • et des gogues désertées (mais j’avais pas envie).

La boule au ventre est quand même là.

Le départ est large, mais tout de suite suivi d’un goulet : ça aurait fait hurler n’importe quel capeur francilien mais du coup pas trop de dérapage sur le 1er kilo en ce qui me concerne : de toutes façons, on ne peut doubler à la queue leu-leu.

Il se passe plutôt bien ce 1er km.

Mais dés le 2éme, les sensations ne sont pas top.

Le 3éme : c’est pas top.

Le 4éme : c’est mieux.

Le 5éme c’est pas top.

Mon passager noir de la course à pied est de retour : Je me demande ce que je fais là. Je me demande comment un jour j’ai pu courir un marathon plus vite que l’allure où je me traîne là. Je me félicite de n’avoir pas acheté de nouvelles running. Je ne suis pas faite pour la course à pied. Est-ce que l’abandon est une solution appropriée ? (non ! mon ego sera plus fort).

Le 6éme : c’est pas top.

Le 7e : c’est un peu mieux.

Le 8éme : le fond du gouffre.

Les deux derniers sont mieux. Je talonne une concurrente que je doublais à chaque retour sur le bitume. J’essaierai de l’enrhumer à l’arrivée mais elle ne voudra pas !

En fait il y a un problème avec le parcours qui sur le papier devait être 3 boucles dont chacune constituée de bitume-bois-forêt. Mais Les St-Sylvanais (*) sont de gros mythos : la forêt est encore à l’état de concept (**) et donc ça ressemble plus à un coteau, les arbres moins gros qu’un cep de vigne dans un grand champs en pente que l’on contourne : avec les rubalises, ça ressemble furieusement à un parcours de cross sous le cagnard.

Bon après réflexion, je décide de ne pas arrêter tout de suite la cap. Je vais essayer un 10km 100% bitume 0% brin d’herbe.

Bref. J’ai couru un 10.

(*) St-Sylvanais : gentilé de St-Sylvain d’Anjou (49) où a eu lieu la course

(**) Le concept : c’est que chaque enfant de primaire vienne planter un arbre : z’ont pas commencé y’a très longtemps !

info portfolio

1 Message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
83