Contact Webmestre krusti.net@krusti.net et Twitter pour suivre sur FB... FaceBoucs
Accueil > > Coup dur en milieu échiquéen.

Coup dur en milieu échiquéen.

mercredi 27 juin 2012, par Krusti

J’ai dû le relire pour le croire.


Tel le (récent) fonctionnaire honnête, besogneux, désireux de servir et prêt à s’oublier dans le destin commun d’un service public toujours plus efficace, je me rendais ce matin, veste foncée chemise claire cravate grise (magnifique soit-dit en passant), au boulot.
Au sortir de la rue Goujon au cœur du XII° arrondissement j’achète au kiosque mon libé, geste que, peu ou prou, j’effectue depuis...Ô p’tain depuis le début du journal en 19... Non !!!!!!!!! Je suis vieux !!!
Bref j’achète Libé.

On pourrait me dire pourquoi tu t’abonnes pas ?

Et bien c’est facile. J’ai même essayé.
Quel cauchemar ! Trois mois à me faire détester de mes voisins.
Où j’habite nous avons une bignole.
Donc pas de boites aux lettres... T’es à Paris là mon gars pas chez maman.

Résultat comme je suis au 3° le livreur n’a jamais pris le soin de monter et s’est à chaque fois retrouvé, malgré mes relances à :

  • soit glisser (comprendre enfoncer bruyamment) le canard dans l’étroite fente de la seule boite aux lettres du coin (celle de Maria donc, ma bignole) en réveillant toute la smala.
  • soit balancer (bruyamment, là aussi, faut donc croire que c’était une mission) le quotidien sur le paillasson.

Comme Maria est, bien sur, Portugaise, son mari, de fait, est maçon.
Donc il se lève tôt.
Donc ça le gonflait que tous les jours, plutôt chaque matin, un gus vienne lui briser les c… oreilles alors qu’il compte déjà ses trop rares heures de sommeil…
Résultat j’achète au kiosque avec tout le discours bobo en refrain = vie de quartier, on salue son kiosquier (purée quand j’ai pas la thune, rare, ou qu’il a pas de monnaie, rare, et bien je paie le lendemain … comme à la campagne, les bouzeux en moins. Royal quouahhh !)
Et puis c’est en face de mon boucher, qui vend aussi du paté. Salut !

Bref je pose mon séant station daumesnil direction Nation par la 6 !
Et là vlan !

Je file direct dans les dernières pages, objectif ma rubrique préférée comme d’hab et qu’est-ce que je prends pas dans la tronche.
L’uppercut de l’année, le coup de boule du mois, le crochet du jour, la bastos en pleine tête :


Signe des temps également, le Championnat du monde en jeu rapide et en blitz débutera au moment même où cette chronique, que nous tenons quotidiennement depuis un quart de siècle, cessera définitivement d’exister.

Incroyable.
Jean-Pierre Mercier, mon mentor, mon modèle, celui par qui la langue Française, l’humour, la modestie et la connaissance faisaient corps avec l’échiquier.
Jean-pierre Mercier, celui qui restera aux échecs ce que John Kennedy toole est pour toujours à la littérature américaine...
Comment on dit dans ces cas là ? Il va nous manquer ? Merde il est pas mort.
Si un peu. Pour nous.

J’ai toujours rêvé d’être journaliste à libé seulement pour tenir cette rubrique.
Véridique.
Depuis j’attends un coup de téléphone de Serge July m’offrant cette opportunité ou bien encore un fax de Jean-Paul Sartre m’associant à la réorganisation du journal.
Quoi ? Eux-aussi ils .......?

Merci Monsieur Mercier. Merci pour tout !

11 Messages

  • Coup dur en milieu échiquéen. 27 juin 2012 21:15, par Nono

    Je pense que si tu as ta rubrique à Libé, ils y gagneraient au moins un lecteur :)

    Tu es fait pour ça l’ami !

    J’ai préparé un gambit pour Massy, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de le sortir :(
    A+

    repondre message

  • Coup dur en milieu échiquéen. 29 juin 2012 17:54

    Comment ça, Mercier remercier ? J’y crois pas !

    repondre message

  • Coup dur en milieu échiquéen. 3 juillet 2012 03:19, par Jean-Pierre Mercier

    Merci beaucoup Krusti pour ce qui ressemble beaucoup à un hommage, malgré le fait que nous ne nous connaissons pas vraiment.
    Le choc émotionnel est grand pour moi, car j’avais une chance peu commune de travailler dans ma passion et même dans mes passions, les échecs et les relations humaines. Je m’étais fait, au fil du temps, un nombre incroyable d’amis - un peu plus « amis » que sur Facebook où je suis arrivé en quelques mois à 5000 amis, vivement un pique-nique au Trocadéro - et je savais que certains achetaient spécialement Libération pour la chronique échecs !
    — -
    Quand j’étais petit, je faisais pire. J’allais à la bibliothèque et je recopiais A LA MAIN la chronique échecs de Camil Seneca, inégalable à ce jour. J’ai « embauché » ma petite soeur de 7 ans, et nous avons fait de la copie pendant deux années. J’aurais mieux fait d’étudier les finales, ou d’inventer la photocopieuse !


    Le choc émotionnel est grand, car je sortais, avec mon timbre-poste, de ma condition d’être humain. Qu’il pleuve, qu’il vente, que je sois malade, que je voyage, que je sois enrhumé, amoureux, parfois les deux à la fois, elle sortait toujours ma chronique ! J’ai tenu un quart de siècle, et je croyais être à la moitié de ma carrière.
    Mon licenciement s’est fait par hasard. Une nouvelle équipe arrive, tiens, il faut faire du ménage pour justifier notre salaire. Le vieux, là, avec sa chronique de vieux, on le vire. On ne sait même pas qui sait et on ne l’a jamais vu, alors on s’en fiche pas mal, même s’il a beaucoup contribué à notre journal.
    J’ai eu beau leur démontrer qu’il y avait une niche, des habitués qui s’abonnaient pour elle au fil du temps, ils ne m’ont pas cru. Le plus terrible, c’est qu’ils ont laissé quelques jeux de mots, ineptes et stupides, avec un bulletin d’abonnement (!!) à la place de ma chronique. C’est de l’humour noir, je suppose ? Ou de la bêtise, l’incontournable bêtise humaine.
    Bon, ce n’est pas non plus une affaire d’État, la vie continue, mais c’est quand même dommage pour les échecs. Je suspecte que c’est la chronique de Libé qui a d’abord éradiqué les autres (le Monde et le Figaro) , avant de succomber elle-même, par hasard. Comme ça, il n’y a plus rien, au contraire des quotidiens anglais, qui ont tous leur chronique d’échecs.
    A bientôt Krusti, et salutations amicales à tous mes désormais anciens lecteurs ;-) JPM

    repondre message

    • Coup dur en milieu échiquéen. 6 juillet 2012 13:20, par alain sallette

      Merci jean-Pierre Mercier pour tous ces bons moments en votre compagnie sur Libé : la nouvelle du jour, la partie du jour, le diagramme que tu résous en 5 secondes (chui un super tacticien) ou le lendemain (quelle brêle, j’arrête les Échecs...).
      Je continuais par le sudoku puis les mots croisés de l’Oiseau, toujours spirituels...

      à bientôt j’espère

      Alain Sallette

      repondre message

    • Coup dur en milieu échiquéen. 17 juillet 2012 22:38, par yves

      Merci Jean-Pierre pour cette rubrique qui m’a si souvent fait acheter libé alors les articles me plaisaient de moins en moins. J’en ai raté bien peu depuis mon premier salaire en 1990, mais c’est aujourd’hui fini : mes principales raisons d’acheter libé étaient votre chronique (surtout les diagrammes) et les Mots d’Oiseau (des mots croisés d’un excellent niveau, et amusants avec ça).

      En espérant vous retrouver bientôt dans la presse,
      Yves

      repondre message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
131