Contact Webmestre krusti.net@krusti.net et Twitter pour suivre sur FB... FaceBoucs
Accueil > > Dans le Beaumont tout est bon !

Dans le Beaumont tout est bon !

lundi 13 février 2012, par Krusti

Vache ce qu’ils nous ont mis !!!

4-2 et au lit !

Comme disait le trés beau gosse John Fitzgerald Kennedy “La victoire a cent pères, mais la défaite est orpheline.”

Le canal Saint martin Echecs équipe IV, dont j’ai l’honneur et l’avantage d’être assez souvent l’un des maillons, essuie une cuisante défaite à domicile face à une très sympathique équipe de Beaumont dont c’est la première victoire en championnat de France (Nat IV). Félicitation les gars, mais évitez de trainer dans l’Est Parisien pendant quelques jours quand même. ;-)

Avec une différence moyenne de 38 points par échiquier de (1685 pour nous face à 1647 pour nos adversaires ) on sentait bien que le match serait serré ! Il le fût.

Rapidement, Olga, au 8° échiquier, gagne notre premier point.
Il se dit qu’elle puiserait dans son panthéon privé quelques bons conseils d’anciens joueurs russes. A suivre donc...



Philippe annule au premier échiquier, je perds ma partie au 6° et jacky chute de même au 3°.
Aïe nous sommes menés 2/1 et bientôt 3/1 aprés la défaite de Nono au 4°.

Il reste 3 échiquiers en jeu.
Stéphane au 2° semble avoir un trés léger avantage. Chez Nahid au 7° tout peut arriver, et avec Thomas(5°) on s’embarque vers un truc bizarre mais au final trés interessant.
Lien en bas... Avec gain à la clef siouplait.
Nous remontons à 3/2 et j’espère encore la nulle au moment où notre capitaine voit sa situation ressembler de plus en plus à la mienne 1 heure plus tôt.

Nous perdons finalement 4 2.

Débrifing au comptoir...le président est là. Immédiatement, Nono, furieux, réclame sa démission compte-tenu de la déroute collective.
Woody ne sauvera sa tête que grâce à mon intervention ; j’obtiens en effet une réorientation de notre colère collective vers l’organisation d’un sacrifice humain, ceci afin également de réjouir les Dieux qui sont habituellement très sensibles à ce genre d’initiative.
C’est un copain du Critérium Aztèque qui m’l’a dit.
Nous convenons alors d’offrir au très haut l’un de nos adversaires sanguignolants...
Hélas, mille fois hélas, ce beau projet n’aboutira jamais.

...

Et ma défaite dans tout ça ?
Elle trouve son origine non pas sur l’échiquier, trop facile, mais dans un traquenard récent.
Je me suis retrouvé quelques jours auparavant au coeur d’un imbroglio assez incroyable.
J’apprendrais plus tard par Canal-anonymous [1], qu’il s’agissait bien d’un coup monté par un homme, au demeurant sympahique bien qu’issu d’une civilisation sans doute assez approximative.

Bref je suis tombé dans les bras d’une tribu Britannico-Slavo-Corrézienne au sortir du Café de l’Est Parisien le 3 Février au soir.

Je ne sais même plus dans quel endroit j’ai été emmené.
Un bandeau sur les yeux, une voiture qui démarre et direction le centre de Paris.
L’alcool qui coule à flot, de la musique de drogués et puis plus rien.

J’ai, le lendemain soir au réveil, récupéré mon téléphone portable au fond d’une des poches de mon costume Hugo Boss, celui que je mets parfois quand je vais m’encanailler au Klub. Il était du reste vaguement déchiré par endroit (des groupies ?)...
Par chance (quoique) mon nokia, sans doute en réaction aux mouvement de cette folle nuit, s’est accidentellement positionné par instant sur « enregistrement vocal » me permettant au moins par bribes de reconstituer une partie de cette aventure involontaire.
Le résultat constaté est édifiant :
Samedi 4 Février donc :

  • 3h21 : Une voix bien française : « T’as pas grossi Krusti ? Tu devrais manger des pommes.... »
  • 4h13 : Une voix connue avec un accent remarquable : « Krroussti, tu devrais moins boire, toi aprés mal jouer aux échecs ! »
  • 5h15 : Avec un accent so British : « Moi je préfère le peinture à la gambit du roi tu sais... ».
  • 5h48 : La même voix qu’à 4h10 mais plus fluette : « Le gambit Plotin... tu connais Krusti ? »
  • 6h22 : Une voix inconnue, la serveuse sans doute : « Vire tes mains vieux cochon ».
  • 7h05 : Une voix grave et pressante : « Là faut y aller Monsieur, je vous appelle un taxi ? »

    Purée c’est la dernière fois.

Donc fatalement, quand le lendemain (en fait 9 jours aprés mais je récupère de moins en moins vite...) il a fallu se rendre par -5 degré celsius au café de l’est parisien, j’ai forcément repris et adapté la Viktor-attitude. Départ tôt et marche longue !



D’un coup je passe devant le bataclan et me revient alors cette confidence de mon toujours loyal Canal-en-mousse.


Le préz’ aurait des vues sur l’endroit pour créer un nouveau club d’échecs le Chess Canal Bataclan.


En haut (1) ses appartements pour sa famille et sa garde rapprochée.
Au niveau intermédiaire (2) et à tour de rôle les meilleurs éléments des équipes de nationale et critérium.
Au rdc (3) les domestiques et le bar proprement dit avec tables en marbre de carrare, échiquiers en noyer et pièces en bois d’ébène bien plombés le tout en taille 5 et roule ma poule.
J’ai toujours su que je ne m’étais pas trompé de Klub.

Bon ça caille et les vertus de la marche glacée sauce Viktor ne sautent pas aux yeux. J’ai l’impression que cela a tendance à figer les derniers neuronnes encore fébrilement en activité dans mon cerveau usé par des années de préoccupations douteuses et pour tout dire, la plupart du temps, totalement superflus.

...

Il se trouve que je crois beaucoup au pressentiment.
J’en ai un : ça va pas l’faire.
A ce moment là je jette un oeil quai de valmy sur le canal. Apparemment un apéro s’est retrouvé figé dans la glace. Le grand UN ne m’envoie décidément que des mauvais signes.

Arrivée vers 13h45 sur base au café de l’Est Parisien.
Les serveurs se précipitent vers moi un peu comme si ils étaient contents de me voir, (un Krusti au Bar c’est l’assurance d’une trésorerie qui reprend force et vigueur) un peu comme s’ils étaient étonnés de me voir encore bien vivant aprés...

...

J’arrive le deuxieme.
Beaumont est déjà là et nahid prend quelque cours de français à l’arrache. Elle a bien sûre tort. Parler à ses adversaires c’est les mettre en confiance. Résultat on a perdu.........!!!!!!
J’aurais essayé.
Bref je tombe sur un NC. Par chance il n’a pas 6 ans c’est déjà ça.
Je jette un oeil comme pour me rassurer sur l’une des tours et... malédiction... elle dépasse largement la taille de la case.



Là je sais que c’est totalement foutu.

Les noirs (moi donc) appuient sur la pendule. Vlan f4 !
C’est ma première Bird en partie longue. Je me souviens d’un truc comme un gambit que j’ai jamais joué mais dont j’avais vu une fois une ligne lors de ma seule nulle de salon au fermé d’Evry.
Le Gambit From.

Je m’en sors pas mal au niveau de l’ouverture (certes ça va moins vite que le Gambit From-Woody qui dure trés peu de coups mais se trouve être beaucoup trop traumatisant pour les blancs ;-) CF portfolio) mais ça ressemble à quelque-chose.

Joueur de Gambit du Roi moi même j’ai toujours peur de ce genre d’ouverture. C’est pourquoi je ne joue jamais e5 sur e4. Mais là direct f4.... Bon bref. Les noirs sont pas mal ci-dessous (et j’ai le trait)...

...là (diag suivant et j’ai encore le trait) je ne fais pas le bon choix, O-O-O semble un coup à jouer, le pire c’est que bien sur, j’y ai pensé sans craindre l’éventuel sacrifice d’un deuxième pion g7 qui ouvrirait la colonne... Mais je ne prends pas la bonne décision. Je choisi en fait Fxf3.

Petit à petit, sans coup vraiment catastrophique (je continue l’analyse) la situation va doucement devenir intenable.

Lien vers la partie de Thomas par ici. Un feu d’artifice.

Lien vers ma fessée cul-nul par là. Un feu de paille.

A bientôt ici ou ailleurs.

info portfolio

Notes

[1mon nouvel espion du sérail.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
102