Contact Webmestre krusti.net@krusti.net et Twitter pour suivre sur FB... FaceBoucs
Accueil > > Lauréat d’étain du Canal en Novembre !

Lauréat d’étain du Canal en Novembre !

jeudi 11 novembre 2010, par Krusti

Mais j’y suis pour rien, le simple fait de participer me le garantissait...

9 Rondes de 10’ KO càd sans incrément :-O

Première ronde : (Blanc) Début Colle.

Contre Pierre andré ( que je n’ai jamais battu). La partie est longtemps égale puis je cède. Il me dira ne pas avoir compris mon pseudo-abandon de plusieurs pions sur la fin. Moi non plus.

Deuxième ronde : (Noirs) La Bird.

Je rencontre le très président Xavier. Il me bird d’entrée de jeu et la tension est vite palpable sur mon aile roi d’autant plus que mon petit roque est discutable. D’un coup cependant il me semble trouver du contre jeu grâce à une percée de ma Dame, las, son grand-roque me renverra dans mes cordes.

Troisième ronde : (Blancs) Gambit Blackmar-Diemer.

Un sympathique américain à ma mesure. Partie tendue longtemps, les échanges rapides et surtout massifs du tout début ne justifient plus mon pion du gambit. Je ne lâche cependant rien sur la fin et je sens mon adversaire fébrile. La finale de pion s’annonce bien. De + il perd au temps avant même d’aller plus loin. Mon seul point de la journée.

Quatrième ronde : (Noirs) Française.

SCHMITTHEISLER Guillaume 1970 = Une bonne raclée.

Cinquième ronde : (Blancs) Gambit Blackmar-Diemer.

MOLET Asher : Jeu égal assez longtemps je lui laisse sciemment la paire de fous gardant mes 2 cavaliers. Mais c’était pas le bon choix. Il rentre dans une finale Tours + Pion dans laquelle il est bien plus à l’aise.

Sixème ronde : (Noirs) Défense Française variante d’avance.

Contre Valentin JANGWA. Imperdable mais bien perdu. Je sors de l’ouverture avec une belle position au moins égale et un pion de plus. Rien que ça. Mais surtout il me reste plus de 9’ alors que mon adversaire en a à peine plus de 6. Je gagne en plus la qualité et garde longtemps l’avantage. Valentin refait plus que surface dans les dernière secondes puisque nous terminons tous les 2 sous les 40 ’’ mais lui avec le point. Je suis vert.

Septième ronde : (Blancs) Gambit Blackmar-Diemer.

BARON-EGLOFF Valérie : Quand je joue mon gambit préféré j’aime au moins que mon adversaire s’étonne, par le regard, des gestes nerveux, une perte de temps, voir une crise de larme (ça n’est encore jamais arrivé). Là c’est tout l’inverse, Valérie semble jouer cette ouverture comme si elle la travaillait depuis toujours. Pour la première fois de ma vie je reprends une pièce touchée. Me disant que si d’aventure je me retrouve avec une position écrasante, tel le britannique flegmatique, je lui proposerais la nulle. Tu parles Charles ! Après en approximatif retour dans le match elle me corrige comme si je méritais ça. Quelle raclée là-aussi. P’tain c’est vraiment un traquenard ce tournoi :-(

Huitième ronde : (Noirs) Défense Française.

Alain Benlolo himself. Son nom est associé de manière durable à certains ouvrages d’initiation aux échecs dans les années Kasparov... Une belle fessée là-aussi.

Neuvième ronde : (Noirs) Défense Française.

BRUNEAU Francois 2050 et l’incroyable se produit... Euh non. Et pourtant. Je tiens le bon bout tout le match je termine avec un peu de temps d’avance dans une belle position pleine de promesses n’arrêtant pas de me dire que c’est vraiment pas un truc normal d’en être là face à un tel élo. Je me demande bien si mon François ne fait pas jouer la règle de l’appartenance commune à la fraternelle des cyclo-touristes. Je lâche toutefois le point. Comme contre Valentin les habitués de blitz ne se trompent pas en fin de match.

Bref +1 -8 mais je sauve tout juste l’honneur pour me retrouver lauréat d’étain du Canal Saint Martin Novembre 2010

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
95