Contact Webmestre krusti.net@krusti.net et Twitter pour suivre sur FB... FaceBoucs
Accueil > le Krusti-Blog > Le Kamarade Loujine.

Le Kamarade Loujine.

dimanche 28 août 2011, par Krusti

Une fiche de lecture libre et subjective de ce qui est souvent présenté comme LE roman culte sur les échecs.

La littérature Russe, pour ce qui me concerne c’est (c’était ?) , Tourgueniev, Gogol, Dostoïevski... et la présence nécessaire et systématique de l’occurrence Perspective Nevski dans au moins l’une des pages. :-))

Nabokov... connait que de nom, jamais lu Lolita. Voila c’est net !

Loin de moi l’idée de décrire l’histoire, et surtout pas la fin... Mais bon, on peut dire que ça raconte un champion d’échecs, un super GM comme on dirait aujourd’hui, et même un prétendant.
Le style est parfois un peu lourd et tout ce qui tourne autour de la belle-famille de Loujine ne sonne pas très juste. Mais c’est si peu essentiel que cela ne corrompt pas l’objet central de l’ouvrage.

LOUJINE : Fils d’un écrivain très célèbre il n’aurait pas eu une enfance si facile comme on dit dans ces cas-là. En effet il martyrisait les petites bêtes, il était dur au mal et il sentait l’ail.

“Après avoir pleuré tout son son soûl, il s’amusa avec un hanneton qui agitait nerveusement ses antennes, puis l’écrasa lentement avec une pierre en essayant de reproduire le craquement juteux qu’il avait obtenu la première fois.” [1]

“..., et son voisin de pupitre, un monstre doucereux aux joues duvetées, disait d’un ton suave et satisfait : « Dans un instant il va pleurer. » Mais Loujine ne pleura pas une seule fois, même pas le jour où ses condisciples conjuguant leurs efforts, essayèrent d’enfoncer sa tête dans la cuvette basse des cabinets, où étaient figée des bulles jaunes” [2]

“Pendant tout cette première année d’école, le petit Loujine sentait l’ail d’une façon attendrissante, à cause des piqûres d’arsenic qui lui avaient été ordonnées” [3]

Vient bien sur le moment où il découvre les échecs, égratignant au passage le pseudo-jeu que constitue l’autre sur 100 cases... C’est un moment particulièrement saisissant du roman pour nous, les lecteur-joueurs... Avec bien sur tout ce potentiel d’émotion (la première fois) et les madeleines qui vont avec.

“Puis il chercha des revues sous l’escalier, dans une armoire qu’il n’avait pas encore exploitée à fond. Il découvrit un numéro, y trouva la rubrique du jeu de dames (de stupides et gauches rondelles sur un damier)...” [4]

Et tout se noue...

“« Et bien, se dit Loujine père, en s’essuyant le bout des doigts son mouchoir, c’était à prévoir. Ce n’est pas pour s’amuser qu’il joue aux échecs : il célèbre un culte. »” [5]

On ne saurait mieux faire le lien avec un billet précédent introduisant le sacré ... reste que le meilleur est à suivre. Il rencontre celle qui deviendra sa femme, elle laisse tomber son mouchoir, il le ramasse etc etc..;-)

“(et depuis ce moment-là, presque à son insu, il ne cessa de la guetter confusément, attendant qu’elle laissât tomber un objet, comme s’il eût voulu rétablir une secrète symétrie” [6]

J’ai beaucoup aimé l’approche de sa pratique du jeu à l’aveugle.

“on n’avait pas affaire à des pièces visibles, audibles, palpables, dont la ciselure précieuse et la matérialité le gênaient toujours et qui lui semblaient être la grossière enveloppe terrestre de forces invisibles et merveilleuses.” [7]

La deuxième partie du livre est sans doute la plus intrigante. Le décor planté la névrose guette...

“Horreur, mais aussi harmonie suprême : qu’y avait-il en effet au monde en dehors des échecs ? Le brouillard, l’inconnu, le non-être... ” [8]

Et au fond son docteur ne se montre guère rassurant...

(il disait que)...le jeu d’échecs était un amusement glacial, qui desséchait et pervertissait la pensée, et qu’un joueur d’échecs passionné était aussi absurde qu’un fou en quête du mouvement perpétuel ou dénombrant les gravillons sur la rive déserte d’un océan.” [9]

Franchement on ne saurait mieux décrire les méandres infinies de la condition du joueur d’échecs.
A lire donc !

Notes

[1Page 24 Collection Folio comme pour tous les bas de page.

[2Page 33

[3Page 36

[4Page 68

[5Page 73

[6Page 97

[7Page 102

[8Page 154

[9Page 178

1 Message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
3