Contact Webmestre krusti.net@krusti.net et Twitter pour suivre sur FB... FaceBoucs
Accueil > > Le petit livre Mauve.

Le petit livre Mauve.

lundi 19 novembre 2012, par Krusti

C’est à Yerres, la ville de Nicolas Dupon-Taignant (sic), l’auteur absolu du définitif petit livre mauve, que se passe l’intrigue.
Nationale IV groupe X ronde 2 pour les intimes.

La nationale IV, aux échecs, c’est un peu la braderie de Lille.
J’me comprends.
On y trouve un peu de tout. Du supérieur à 2200 (c’est bon à Maisons-Alfort on a) du supérieur à 2100 (ah ben tient on a aussi) du supérieur à 2000 (et bé bonne pioche) du presque 1600 (ça doit se trouver) et du xx99 qui masque bien son jeu (ça on pourrait en revendre).
Bref 7(et pas 8) - 0 parce qu’on a aussi un peu de savoir vivre.
J’me comprends.

La ronde I, durant laquelle je trainais en Grèce, nous a viré d’entrée de jeu du podium qu’il est interdit d’évoquer mais auquel tous le monde pense.

Jean-claude Am’, qu’on surnomme Jicé la science en mémoire de Raymond Goethals, faut-il le préciser, a monté une équipe ça comme.

Aux trois premiers échiquiers et sous la houlette de Super-Manu 2234 c’est un racket :
2,5 / 3 possibles.
Faut dire que les écarts en terme d’élo sont respectivement de 394, 184 et 411 tout ça en notre faveur.

Sur les échiquiers 4,5,6,7 c’est carrément le grand chelem alors même que nous rendons des points sur tous les échiquiers !

C’est jour de perf à Yerres.

Sur le 8°, ma victime de l’an dernier (fallait bien que je la place celle là, ça c’est fait ;-) ) déroule le boulot tranquille.

Mais revenons au début, au moment où je n’ai pas encore percuté sur le fait que nous sommes 2 équipes à être venu faire la peau de la ville de Nico...


En effet dans la pièce d’à coté les killers de l’Us Villejuif dextérisent tranquillement l’équipe première et je me demande encore comment leurs superbes textiles absorbent sans laisser de traces les preuves sanguines de cette boucherie.

Pauvres Yerrois.
La grange au bois où nous sommes chaleureusement accueillis, classé monument historique, est un bâtiment réellement magnifique. Il abrite entre autres un conservatoire de musique et de danse c’est dire si le club d’échecs « Yerres roi » est bien entouré et c’est pas plus mal compte tenu du requiem du 18 Novembre.

Les conditions de jeu sont bonnes. De la place, pas de bruit extérieur un accueil sympa, de beaux échiquiers et des vraies pièces en bois, ici les joueurs sont vraiment respectés.

Confortablement installé à l’échiquier numéro 4, attendant mon adversaire dont je ne connais que l’élo par la feuille de match, j’inscris mon nom sur ma feuille de rencontre ainsi que diverses infos (date du jour, nom du club etc etc). Puis, comme le veut la quasi tradition et surtout le minimum de savoir-vivre, j’inscris sur la feuille de rencontre de mon adversaire mon nom, ce qui lui fera toujours ça de moins à faire quand il arrivera. Classique.

Il arrive dans le coin et bougonne.

« Je joue à quel échiquier ? »

une voix, genre son capitaine « Le 4 ! »

il maugréé puis balance

« C’est quoi cette cadence ? »

une voix, genre son capitaine

« ben 40 coups deux heures et 1 heure KO »

il grogne

« Ya pas le temps en plus à chaque coup comme avant ? c’était 1h30 plus quelques-chose non ? »

une voix, genre son capitaine

« ben ça revient au même et on a le choix entre les 2 cadences... »

Il grommelle

« Non ça revient pas au même ! Et qui c’est qui décide ? »

une voix, genre son capitaine

« Ben c’est le club qui accueille »

Il ronchonne

« Ha... »
puis il revient vers l’échiquier jette un œil sur sa fiche de rencontre pré-rempli par mes soins et râle

« C’est pas là »

une voix, genre son capitaine

« Si, tu joues au 4 »

Il prend et regarde plus fixement la feuille de rencontre matant mon nom au bon endroit (les blancs) et me regarde en grognant

« c’est quoi ? »

Je lui répond fermement car ça commence à me gonfler

« c’est mon nom que j’ai inscris pour les blancs ce qui tombe bien j’ai les blancs ! »

il grelotte

« ha oui effectivement désolé ».
Un ange passe.

Grâce à ma casquette magique nos regards ne se croiseront plus avant mes 3 pions d’avance.

Faut jamais faire chier le Krusti.

J’étais bien tenté par un Ryder, genre... Mais ce sera un Hübsch avec f3 dans le plus pur classicisme des joueurs de Blackmar-Diemer.

Je me sens bien au sortir de l’ouverture. J’ai un pion de moins, faut serrer les fesses mais la colonne f est pour moi, la batterie Dame fou a du sens, mon cavalier nouvellement en e5 domine et mon fou h6 est au point.
Faut dire que depuis g6 je sens que ça va jouer dur sur les cases noires. Voir ci-dessous.
J’ai deux coups candidats. Cxg6 ou Tf3. Je calcule. Je calcule encore et encore. Bon je sacrifie mon cavalier je reprends derrière avec mon fou imprenable pour cause de mat en 2 derrière. Dans toute mes variantes si je ne gagne pas significativement du matos j’explose sa position...

Et nous voila au moment clef (voir ci-dessous). J’ai un pion de retard mais la possibilité immédiatement de récupérer une qualité. J’ai définitivement brisé la protection du roi qui est plein air. J’ai surtout la possibilité de sacrifier un fou (fxg7+ et Rxg7 forcé puis Dg6+ avec 2 cases de fuite seulement pour le roi noir. Je vois bien le mat à suivre en cas de fuite vers h8 mais pas en cas de fuite en f8. Un comble. Pourtant elle est bien utile ma tour qui cloue le cavalier...Ce sera donc le timide Dg6.

Et voila une fois le ménage fait (ci-dessous). Nous sommes au 28e coup. Honnêtement c’est terminé non ? Ben voila nous n’en sommes qu’au milieu du match la partie va durer 56 coups. 28 de plus.

Ci-dessous le plan devient limpide. Mon pion colonne h n’a plus qu’à attendre. Je vais placer mes deux pions doublés sur 2 cases noires en c5 et c7 les assurer par un fou aux alentours de d6 genre puis aller soutenir par mon roi l’avancée de mon pion isolé.

Et voila, abandon ci-dessous et il fait nuit bien noire. Je l’avais bien dit que ça se jouerait sur les cases noires... :-))



Et pour finir...

Yerres gambit dru
Villejuif errant sans peine
Il pleut sur la grange

A bientôt ici ou ailleurs.

6 Messages

  • Le petit livre Mauve. 20 novembre 2012 08:01

    Dans le 2è diagramme : 1.Fg7+ Rg7 2.Dg6+ Rf8, tu as 3.Fg8 qui mate, nan ? Mais ok, je comprends : t’avais pas joué depuis longtemps, tu voulais pas finir en deux heures, ça se défend ;)
    Encore bravo, en tout cas : très jolie partie !
    Manouk

    repondre message

    • Le petit livre Mauve. 20 novembre 2012 08:07, par Krusti

      Oui c’est ce que j’explique via la formule
      « Je vois bien le mat à suivre en cas de fuite vers h8 mais pas en cas de fuite en f8. Un comble. »

      le comble étant qu’en effet cette variante est moins profonde que celle avec Rh8. Mais Fg8 n’est jamais passé via mes synapses... :-(

      Merci en tous cas et bravo pour ton double-demis hippopotame récent si j’ai bien compris. :-)

      repondre message

      • Le petit livre Mauve. 22 novembre 2012 10:30

        Ah vi, j’avais pas compris cette histoire de comble... Mais bon dans une variante, y a pas que la taille qui compte :P (Ok, pas besoin de me raccompagner, je vais trouver.)

        repondre message

        • Le petit livre Mauve. 23 novembre 2012 14:58, par Krusti

          En même temps t’as raison, ça faisait si longtemps que j’avais une sacrée faim de « match ». Comme quoi le web ça remplace pas grand chose... Mais on le savait... quoique !

          repondre message

  • Le petit livre Mauve. 20 novembre 2012 12:59, par Eric le diemerophile

    Un grand bravo pour cette partie, très instructive, côté tactique.

    @u plaisir...

    Un admirateur !

    repondre message

    • Le petit livre Mauve. 20 novembre 2012 15:27, par Krusti

      Eric, je me suis régalé.
      Dommage que je loupe ce mat en 4 sur f8 alors que j’avais vu celui en 5 sur h8 mais à part ça...

      Au plaisir Maitre du GBD. :-)

      repondre message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
84