Contact Webmestre krusti.net@krusti.net et Twitter pour suivre sur FB... FaceBoucs
Accueil > Le vélo du Krusti > Levallois-Honfleur - 2004.

Levallois-Honfleur - 2004.

samedi 11 septembre 2004, par Krusti

LEVALLOIS-HONFLEUR 207 Km 11 Septembre 2004

Ma première Cyclo ,

Je me retrouve avant 6 heures, à la Salle Marcel Cerdan de LEVALLOIS … ou plutôt à l’entrée, à quelques mètres des portes en verre, avec un paquet de cyclotouristes qui grossi de minute en minute…. L’ambiance est excellente, des gens se reconnaissent, tous le monde se parle, je me retrouve à tailler le bout de gras avec quelques sympathiques inconnus. Les femmes et hommes en jaunes s’activent au maximum. Salut les bénévoles sans vous rien de possible et c’est dans ces moments que l’on s’en rend compte. Je distingue la télé qui semble passer le film du dernier Levallois Honfleur.. . Sympa… Un type passe avec sa caméra à l’intérieur de l’entrée, on se demande qui de lui ou de nous est dans l’aquarium….

6h20 avec mon copain Gilles (un Paris-Brest-Paris et un Paris Roubaix à son compte, c’est lui qui me motive dans cette aventure), nous sommes prêts à poser les plaques.

Nous rejoignons les gars de Peugeot et d’Aulnay et à 6h48 c’est parti…. J’entends déjà le fameux « Après Thoiry c’est que du plat » l’avenir me dira que j’ai bien fait de me gaver de ce mensonge éhonté….

Nous sortons de Paris au large de Saint-cloud, je connais cette partie habitant moi même Boulogne-Billancourt… Je suis très impressionné. Ce ruban de cyclistes, dans la journée qui démarre, un jeu de lumière et de couleurs, c’est magnifique (j’ai consciencieusement placé une frontale pour l’éclairage avant, et quelque chose de rouge clignote sous ma selle…)

Sans expérience cyclotouriste, je ne me souviens que de l’évidence suivante « ne pas se griller dés le début en suivant des cyclistes trop rapide…. » oui mais voilà… Je ne dispose pas de moyens pour comparer… De plus mon copain et ses collègues ne sont pas des rigolos, et bien sur je n’ai pas envie d’entrée de jeu, de me retrouver seul… Pour le dire comme ça, ils envoient du gros, je colle au groupe mais un peu inquiet quand même…

On continue, des paquets se font et de défont, je découvre enfin le plaisir de vraiment courir en peloton… Quel effet, quelle aspiration, jusqu’au bout ce sont les autres coureurs qui vont me tirer…C’est pas un sport individuel...

A 10 Km de Thoiry, donc après 40 km de vélo, je lâche un peu l’affaire, ça va quand même trop vite, on tape souvent entre le 35 et le 40 , je suis au taquet, en permanence à 90% de ma FCM je ralentis….

Arrivée Thoiry. Impressionnant ravitaillement. Là aussi il y a quelque chose de sympathique. Perso je n’ai qu’une envie c’est de repartir, je me sens bien il ne fait pas froid, il ne pleut pas, ou plutôt il ne pleut pas encore …. Je ne prends pas de ravitaillement, mes divers produits et autres pain d’épices me suffisent …

2 ° quart du parcours, l’inconnu, en effet jusqu’à Thoiry c’est la région dans laquelle je m’entraîne un peu… Mais après…. Et bien après c’est beau ! De la campagne du vert, du plaisir….

Ça bombarde encore, ça roule vite je me délecte des bribes de conversation qui me viennent aux oreilles…il se dit que globalement ça va vite et je suis rassuré quelque part ;-)).

Premières photo de L’équipe Maindru, en côte... bon sang j’avance pas… mais je suis ravi, sauf si le type n’a plus de pellicule je suis plein cadre, seul (dommage je suis largué par le groupe que je collais) il ne peut pas me louper. D’une manière générale ils ne me louperont pas, résultat 7 photos….

J’arrive au deuxième ravitaillement, habilement placé après la moitié du parcours, psychologiquement c’est bien. On s’arrête après avoir fait plus de la moitié, plus prêt de l’arrivée que du départ en somme.. Oui mais voilà ça pleut grave et du vent il y en a….

Je retrouve Gilles et nous repartons ensemble, une pomme et un produit laitier en plus de mes réserves, on refait les bidons, quelques blagues échangés avec des galériens comme nous et hop on y retourne…. Le temps est exécrable, le moral un petit peu en baisse…. Je roule mécaniquement , silencieusement et puis le mauvais temps se dissipe. De nouveau le spectacle est grandiose dans cette campagne.

Je me dis que j’ai vraiment de la chance de rouler avec des types qui connaissent bien le parcours… Seul j’hésiterais à chaque carrefour. Il faut dire que c’est à 30 Km de l’arrivée que j’aurais la présence d’esprit de traduire les LH de la chaussée en Levallois Honfleur. C’est vrai ça aide….

Bon après Thoiry c’est pas plat. Bon sang j’en monte des cotes, et ce que certain appellent presque pudiquement des faux plats s’avèrent être pour moi de réelles difficultés….

« Au delà de cette limite votre ticket n’est plus valable », c’est dans cette état d’esprit que j’entame ce dernier tiers du parcours car en effet je n’ai jamais parcouru cette distance ou alors très jeune et seulement une fois ou deux….

Mon ami-coach me rassure, il me sent frais et me trouve rapide, je suis content, mais également conscient que comme une fringale peut arriver sans prévenir, le moral peut chuter sans signe avant-coureur…. Et c’est à ce moment là, juste après le très sympathique 3° ravitaillement, que je crève ! ! !

Pour beaucoup de cycliste, crever est un soucis sans plus, rapidement ils réparent et repartent , pas de quoi en faire un fromage , mais moi ça me glace ! ! !

Je m’arrête je démonte, je retire la chambre à air, je gonfle un peu celle de remplacement je place le tout et oh joie le pneu se glisse tout seul à sa place et l’affaire est presque terminée.

Je commence à gonfler avec ma pompe et je ne parviens pas à mes fins… ça gonfle dans le vide ça m’agace je m’aperçois que je n’ai jamais vraiment utiliser ce modèle de pompe, purée en 2004 avoir des pompes comme ça c’est fou… je vois des groupes passer, j’ai le moral à zéro quand une voiture arrive tractant une carriole sur lequel est placé un vélo. Je hèle le conducteur, qui s’arrête, je lui indique que, tel le benêt j’ai des problèmes avec ma pompe, il aura non seulement la gentillesse de me prêter la sienne (une vraie à pieds) et de discuter 2 minutes avec moi, mais il se chargera lui même du gonflage, un peu comme s’il voyait en moi un type presque à bout. Que cet automobiliste soit ici remercié, il a fait bien plus que me regonfler mon pneu. C’est mon moral qu’il a remis sur la selle….

Dur dur la fin…. J’en bave et c’est dur, ça monte souvent…. J’accroche 2 gars de Luneville, ils me largueront dans une cote (bon sang mes kilos en trop je les paye), j’accroche un type qui roule à mon rythme, je suis content et commence à y croire…. pour moi, finir ce parcours, c’est le Graal !

Je me dis, merde je n’ai pas nettoyé mon pneu si ça se trouve, la cause de la crevaison peut encore faire des ravages….

Que les derniers Km sont longs…. Tout à coup, presque subrepticement, un panneau Honfleur Parking apparaît….

C’est forcément la fin….

Je suis un peu déçu de constater que l’on arrive dans un parking et me dis tout ça pour ça !

Mais non les organisateurs ont fait les choses bien et c’est en ville que se trouve le vrai final. Le public est nombreux, les sourires radieux, ça fait chaud au cœur, ma femme est là elle me photographie, elle sait combien tout ça est important pour moi…. Voilà il est 15 heures ce samedi après midi…

Je vais faire tamponner mon carnet et en repartant je m’apercevrai que mon pneu arrière est encore crevé… Au fond j’ai de la chance…. Je m’en fous maintenant….

C’était ma première cyclo, j’ai mal partout mais je suis heureux. Merci à tous ceux qui ont rendu cette aventure possible…

Krusti.

info portfolio

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
71