Contact Webmestre krusti.net@krusti.net et Twitter pour suivre sur FB... FaceBoucs
Accueil > La course à pied du Buns > Marathon de Paris 2008

Marathon de Paris 2008

dimanche 6 avril 2008, par Buns

Marathon de Paris 2008. 06 avril 2008. Temps 04h09’33.


J’ai assisté à 4 MDP, 1 MDB et 1 MDNY, et 1 MDLaR, à scruter les marathoniens en pagaille pour encourager mes marathoniens.
J’en ai entendu des récits, lu des compte-rendus, vu des participants de tous niveaux pour avoir une idée de ce qui m’attend.
La préparation a déjà été riche en émotions, je ne serais pas déçue par la course.

Après une chouette pasta-party en compagnie Kompay, Krusti et Enzo, une mauvaise nuit m’attend : le stress monte tout doucement.
J’en oublie ma boisson d’attente sur la table !
Rendez-vous et photos devant le café le Cristal. Je rejoins sans encombre aucune mon sas de départ avec Rachel, notre belle anglaise.
On démarre ensemble, malheureusement on se perdra de vue à la Concorde .
Je suis le plan de bataille de Nico à la lettre, enfin au début :
Les choses se gâtent au 8éme kilo : mon cardio décroche sans cesse : il navigue entre 170-208-228-190-180 toutes les secondes,
ça me déroute un peu, ça me fatigue surtout. Une douleur à la cheville droite pointe son nez .
Le rythme n’est pas très régulier, je trouve . Mon cardio affiche toujours ces satanés puls à 200-210 ou 220.
je suis perdue. Je vois bien que sub 4h c’est mal barr’.
Au 18éme kilo, je jette l’éponge , je décide d’arrêter de regarder les puls et je passe en mode free-style.
Je passe le semi en 2h00’44’’ plutôt bien. Les jambes sont un peu lourdes mais exit la douleur à la cheville.
Coucou de Dame Wimm .
Après la côte de charenton, Pascaline, Nathalie et Ludo m’encouragent : bien vue le panneau avec le maillot des kwak, inratable ! .
Avec l’avenue Daumesnil, je joue à domicile. C’est un peu rapide, je pense que je vais le payer plus tard.
Coucou à Christine , la copine de Patoche.
Avant bastille, je pécho Wimm : sympa comme rencontre, il m’accompagne quelques kilos avant de reprendre la méthode Cyrano.
On m’avait décrit les tunnels casse-pattes : je confirme ! casse-moral aussi.
Les cuisses deviennent douloureuses, la douleur à la cheville est revenue. Ça devient subitement très dur : le dernier tunel – pont de l’Alma- m’achève .
Dorénavant je marche aux ravitos. Le 30éme est passé en 02h57’34’’
J’ai super mal en haut du dos et aux lombaires. Je ne sais quelle position adoptée pour courir : tout à tour penchée ou droite : ça fait super mal !
31éme kilo et JPII et son joli string léopard prêt à accompagner Rach’ : Superbe ! .
Krusti m’avait dit qu’il m’attendrait au 32éme kilo : « lorsque tu commenceras à pleurer ta mère »
il avait raison sauf qu’il n’y a pas que ma mère au rendez-vous, mais mon père aussi, mes frères, ma sœur,
toute la famille, la terre entière en fait. Ça me submerge. Je sanglote dans ses bras .
Il me console et m’encourage à finir « en footing léger », P----n, encore 10 bornes, même en footing léger,
ça ne fait pas rêver, je pense que j’ai assez couru … mais je continue.
J’avais entendu tant de choses sur les douleurs, pas possible de s’en faire une idée avant d’avoir expérimenté .
Le footing se poursuit avec des phases hyper lentes suivies de brusques accélérations sans comprendre pourquoi tout à coup « ça va mieux »
puis le moment d’après pourquoi je « sèche ». Le 36éme est un cap qui remet en question mon engouement pour le marathon.
Au 38éme, Houdini en maillot du kwak shoote avec deux casques à ses pieds : je lui demande s’il veut bien m’emmener puisqu’il a 2 casques :
« Nannn ! Pas question, me dit-il, jusqu’au bout, il faut continuer » Arghhhh !
A l’approche du 41e, je vois Martine se lever d’un banc où est assis Fred, et m’encourager puis je vois tout le monde kwak & Frogus réunis :
ça donne du baume au cœur ! je capte aussi qu’il reste 1km300 alors j’accélère. Je finis en 04 :09’33’’.
Je suis très contente car je récupère très vite et j’ai la pêche et pas trop de douleurs.
Je n’ai pas fait le sub 4h convoité mais ce qu’il y a de sûr c’est que lorsqu’il tombera, il tombera avec mon krusti ! et picétou !.
Une jolie aventure à vivre et à revivre.

info portfolio

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
8